Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 15:39

 150259 165491793484787 165490113484955 392417 4955717 a

 

On dit que l’Europe change de siècle mais sans être faux c’est incomplet : le monde change de siècles. Et pas seulement de siècles ou que d’un siècle. Le défi de l’Europe est celui du monde et s’écrit cinq fois au pluriel avec des référents séquentiels différents se superposant de la manière suivante :

 

- Le XXe siècle finit, vive le XXIe siècle son contraire !

 

- Les XIXe et XXe siècles finissent, vivent les XXIe et XXIIe siècles naissants qui s’y opposeront !

 

- Les XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe siècles finissent, correspondant aux Temps Modernes, vivent les Temps Postmodernes qui les remplacent !

 

- Le Millénaire finit, vive le nouveau Millénaire, son opposé !

 

- Le Bimillénaire chrétien finit, une nouvelle ère bimillénaire chrétienne s’ouvre pour le parachever !

 

Fait sans précédent dans l’Histoire de l’Humanité, cinq révolutions cumulées, de face, à l’échelle planétaire ; pour la même génération, la nôtre. De sa gestion, sa maitrise, ses solutions, le monde peut en espérer son avenir ou doit s’attendre à en mourir. 33 ans et six milliards d’hommes vont décider de l’avenir du monde.

 

Il va falloir faire preuve d’imagination. Car la nouveauté des solutions sera à la dimension des nouveaux défis. Aucunes des solutions politiques ou techniques de nos pères ne seront celles de nos fils. Tout ou presque sera nouveau. Ce temps ne sera pas celui des copieurs sages de vérités convenues mais le temps des inventeurs révolutionnaires de solutions inédites.

 

Il va falloir faire preuve d’esprit de synthèse. Car le temps nous manquera pour tout comprendre complètement, l’exposer ensuite, le faire partager enfin, pour après seulement le mettre en œuvre : à prendre les choses ainsi, les 33 ans seront depuis longtemps consommés qu’on en sera encore à balbutier des solutions. Ce temps ne sera pas celui des rhéteurs et des poètes mais le temps des aphoristes fulgurants. Il va falloir faire preuve de bravoure. Comme nous n’aurons pas toujours le temps de tout comprendre et de tout démontrer avant d’entreprendre, que l’urgence dictera le plus souvent nos actes desquels dépendra l’essentiel de notre survie, les précautions et scrupules intellectuels de nos penseurs, scientifiques, universitaires, qui en temps ordinaires les honoraient, en ces heures nouvelles vont vite devenir irrecevables. Ce temps sera celui de l’action, du pari, du va-tout. Le temps inédit à cette échelle du courage des solutions de notre intuition, en espérant que ce ne soit pas celui du culot de notre instinct.

 

Il va donc nous falloir faire masse de toute notre imagination, de tout notre esprit de synthèse et de tout notre courage pour passer tout à la fois ces siècles et ces deux millénaires, ces 40 et 50e Rugissants de la Civilisation.

 

Néanmoins,

 

Vive le XXIe siècle ! Ce siècle qui mettra en pièces le XXe siècle, celui des États Providence, toutes idéologies confondues, qui sous prétexte d’apporter le bonheur à tous s’est construit sur la mort de ses fils. Or ce résultat funeste n’a été rendu possible que par la suppression des corps intermédiaires creuset des libertés identitaires et par la négation des idéaux chrétiens ciments spirituels de la Civilisation. Par la renaissance des corps intermédiaires et le renouveau des idéaux chrétiens, le XXIe siècle redonnera à l’État une dimension et des missions compatibles avec la civilisation c’est-à-dire s’inscrivant dans le respect de l’Homme en sa double dimension spirituelle (sa Foi) et temporelle (ses droits).

 

Vive les XXIe et XXIIe siècles ! Ils aboliront le matérialisme scientifique de leurs deux siècles précédents, celui au nom duquel la volonté de puissance et le capital sans fin ont semé comme jamais la barbarie, celle où les larmes et la servitude ont été le lot commun de générations entières pour un résultat doublement nul, celui de l’implosion politique des systèmes totalitaires et celui de l’explosion financière du capital spéculatif. Nous reconstruirons sur les ruines de leurs faillites en disant que n’est grand politiquement que celui qui est équilibré, et qu’économiquement seul le travail est source de toute richesse car le capital ne peut et ne vaut rien sans le travail alors que le travail pourrait encore tout sans le capital.

 

Vive les temps postmodernes ! Ils rompront avec cinq siècles de Saint-Thomacisme qui voulait qu’on ne pût croire qu’en ce qu’on voyait, une grossièreté grandissante qui voulait que seul ce qui fût visible existât, que seul ce qui était visible ait de la valeur, pour enfin soutenir que seul ce qui était visible ayant de la valeur, tout ce qui était visible fût dans le commerce et que tout ce qui était invisible fût inexistant. Nous assurerons le triomphe et la revanche de l’invisible, nous construirons une civilisation de l’infiniment petit et de l’infiniment grand. Nous ferons la démonstration que ce qui ne se voit pas détermine ce qui se voit. Que ce qui ne se voit pas a donc plus de valeur que ce qui se voit. Et qu’ainsi, visible ou non, tout n’est pas dans le commerce c’est-à-dire dans le règne de l’Avoir mais que tout est dans l’ordre de l’Être et donc que la Foi est au-dessus du commerce et seul déterminant de l’Être, lui-même préexistant à l’Avoir. Nous déchirerons le mensonge des temps modernes qui prétendait qu’il suffisait que nous ayons pour être, et étant et vivant ainsi en dehors de la Foi, qu’il était inutile de croire pour être ou avoir. Au contraire, nous renverserons leur sophisme qui ne pouvait nous conduire qu’à devenir des Rastignac de la vie, des arrivistes assassins du Genre humain en rétablissant la Vérité éternelle : c’est seulement parce que nous croyons que nous sommes et parce que nous sommes que nous possédons.

 

Vive le nouveau Millénaire ! Il mettra des bornes salutaires à la conception surannée et meurtrière de la territorialité de l’État-Nation et de sa souveraineté qui viennent de régir dans le sang nos mille ans d’histoire pour les chapeauter par un État supranational, police et arbitre des États nationaux, seul à même de pouvoir nous prémunir contre un risque de guerre qui, pour être planétaire, serait alors et pour de bon la dernière. Qui pourrait nier l’urgence de cette construction et contester que de sa réalité et de son efficacité dépendent la paix et la sécurité du monde de demain ? Qui ne pourrait alors comprendre que cet État supranational encore plus que des moyens demandera pour l’accomplissement de sa mission l’adhésion sans réserves de tous ses membres à des valeurs communes ? Car sans ce consentement, cet État supranational ne serait qu’une tyrannie, une occasion supplémentaire de s’entretuer pour se libérer de son joug. Tout le monde comprendra alors que celui qui saura fédérer le monde sur ses valeurs gouvernera le monde. Et tout le monde aura compris que celui-là s’appelle le Christianisme, seul véritable défenseur du Bien.

 

Aussi Vive le deuxième Bimillénaire chrétien ! Le Christianisme, Démocratie des démocraties, y parachèvera son œuvre entreprise il y a deux mille ans appelant le monde à la réalisation de sa destinée : d’hommes «faits à l’image de Dieu», devenir «Fils de Dieu», eux-mêmes dieux avec Dieu.

 

Ce temps est à la fois celui de la conquête continuée et celui de la redécouverte des Vérités oubliées.

 

Maintenant, nous savons pourquoi il commence aujourd’hui : parce que l’an 2000 n’arrive qu’une fois.

 

Maintenant nous devinons que ce temps nouveau, temps éternel du Christianisme, part d’Europe ou le monde ne sera pas.

 

Ce temps nouveau part ici et maintenant, déjà il est en route.

 

D’où ? De France.

 

De qui ? Du Roi.

Comment ? Par le Décalogue.

 

Mais en ces temps nouveaux, la surprise ne provient pas tant de l’inattendu de la réponse que de la signification insoupçonnée de ses termes :

I

l y a une “France éternelle” au-dessus et aux côtés de la France temporelle.

 

Il y a un “Roi des Français” au-dessus et aux côtés du “roi de France” (président).

 

Il y a le “Christianisme” au-dessus et aux côtés des religions christiques.

 

Il y a enfin et surtout pour donner ses fondations à cette trilogie du combat nouveau le retour en force du Décalogue en politique, cœur de la tornade idéologique pressentie, outil imprévu mais inéluctable de la quintuple révolution annoncée.

 

Soit l’exact inverse de ce que nous organisons et prétendons.

 

Mais n’est-ce pas que le XXIe siècle et le troisième millénaire ont déjà commencé et avec eux, en plus de leurs solutions spécifiques, la résurrection de nos vérités éternelles ?

 

François DESVIGNES

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by francoisdesvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de francoisdesvignes
  • Le blog de francoisdesvignes
  • : Blog de reflexion royaliste sur les enjeux politques et de société de la France et de l'Europe.
  • Contact

Profil

  • francoisdesvignes
  • Royaliste exilé en ASIE ; j'y travaille dans un cabinet d'avocats ; j'ai écrit un livre (Demain en France, le Roi, ed Benevent).Un autre en prerparation sur la Pax Francia; je collaborre à mes heures perdues à différents medias sur le web.
  • Royaliste exilé en ASIE ; j'y travaille dans un cabinet d'avocats ; j'ai écrit un livre (Demain en France, le Roi, ed Benevent).Un autre en prerparation sur la Pax Francia; je collaborre à mes heures perdues à différents medias sur le web.

Recherche

Archives